Des traitements médicamenteux peuvent s’avérer inefficaces devant certains cas sévères d’épilepsie. Le seul remède demeure alors la stimulation du nerf vague par l’implantation d’un stimulateur. Ce dispositif est un générateur qui envoie des impulsions électriques ou magnétiques au cerveau à travers le nerf vague. La stimulation du nerf vague permet de réduire l’intensité de l’épilepsie.

Comment stimuler le nerf vague

Le nerf vague, encore appelé nerf pneumogastrique, est l’un des dix nerfs crâniens. Son rôle est primordial dans l’organisme, car il assure la digestion, la phonation et aussi la fréquence cardiaque et bien d’autres fonctions. Ce nerf est celui qui a le territoire le plus étendu dans l’organisme, celui-là qui assure les nombreuses fonctions indispensables à ce dernier.

Le nerf vague est situé dans le cou, et c’est par lui que passent toutes les informations pour parvenir au cerveau. Une implantation de l’électrode sur le nerf vague va permettre de le stimuler, et il pourra transmettre des influx électriques et magnétiques au cerveau. Le but de ces influx électriques est d’ordonner les ondes électriques dont la désorganisation provoque les crises d’épilepsie.

Le stimulateur est implanté généralement par voie chirurgicale sous anesthésie générale pendant 2 heures environ. Cet appareil fonctionne avec des piles et sa télécommande reste avec le médecin. C’est ce dernier qui mesure l’intensité et la fréquence des stimulations. Les influx ne durent pas plus de 30 secondes à des intervalles de 5 minutes. Le stimulateur est un traitement non invasif qui est implanté pour une période limitée. Selon les résultats obtenus, le médecin peut décider d’une nouvelle intervention en vue de changer les piles du dispositif ou de modifier l’intensité des décharges.

En l’absence d’un stimulateur implanté, des méthodes alternatives peuvent aussi être employées pour stimuler le nerf vague et calmer les crises d’épilepsie. Notamment de l’électrostimulation par une électrode externe positionnée dans la conque de l’oreille, des méthodes de relaxation, de la médiation de pleine conscience ou des exercices de respiration en vue d’envoyer de nouvelles informations au cerveau à travers le nerf vague.

Efficacité de la méthode

La méthode de stimulation n’est pas prescrite systématiquement à tous les malades. Elle intervient lorsque tous les traitements ont échoué. Elle peut être aussi préconisée lorsque le patient n’est pas tolérant à certains médicaments ou à la sonothérapie.

Les patients ayant été traités avec cette méthode ont montré des signes de guérison, preuve que le traitement est vraiment efficace. C’est le cas des malades réfractaires qui n’ont pu être traités par des médicaments. Les résultats ont montré que la fréquence et l’intensité des crises avaient considérablement diminué.

Les crises plus légères ont été soulagées grâce à la méthode. Dans la plupart des cas, les effets obtenus ont été instantanés même si certains autres patients ont dû attendre quelques semaines pour voir les effets. Sur les patients traités avec cette méthode, des effets secondaires provoqués par les médicaments semblent ne pas exister.

Par contre, d’autres bienfaits de la méthode ont été constatés sur de nombreux patients. Les patients pratiquant la méthode de stimulation ont une mémoire plus accrue et communiquent plus facilement. Ils sont, en outre, de meilleure humeur que les patients soumis au traitement classique.